Année 132 - Décembre 2020

LETTRES AU DIRECTEUR
Ceux qui souhaitent avoir un conseil spirituel ou simplement demander des prières peuvent utiliser notre email associazione@santodeimiracoli.org.


Bethléem peut être tout près

 

Parmi les cinq devoirs fondamentaux des musulmans, il y a le pèlerinage à La Mecque, le lieu de naissance de Mahomet, qui doit s’effectuer au moins une fois dans la vie. Pourquoi n’y a-t-il pas une telle obligation pour les chrétiens ? Et pourquoi on ne leur suggère pas de se rendre en pèlerinage dans les lieux où Jésus est né, où il a vécu et où il a accompli sa mission ? Sur la base de mon expérience, je peux dire qu’après mon voyage en Terre Sainte, que j’ai fait il y a quelques années, j’ai lu l’Évangile avec d’un nouvel œil.

R.V.

Oui, le pèlerinage est l’un des piliers de la tradition musulmane et La Mecque n’est pas seulement la ville où Mahomet est né (le 22 avril 571 après Jésus Christ) mais c’est aussi le lieu où il a commencé son chemin de foi et de prédication en transformant le lieu où l’on gardait les idoles des tribus et où on se rendait souvent pour le commerce, en la ville la plus sainte pour les musulmans. Pour les chrétiens, il n’y a pas une obligation de pèlerinage mais durant les siècles, il y a toujours eu de nombreux pèlerins qui se sont rendus, non seulement sur les lieux où le Seigneur est né, est mort et où il est ressuscité, mais aussi dans d’autres sanctuaires importants pour notre tradition. Toutefois, comme Bernard de Claire-vaux (1090-1153) le rappelait, ce qui est utile pour une personne sur son chemin de foi peut ne pas l’être pour une autre. Le pèlerinage en Terre Sainte aide certainement à mieux comprendre les Écritures mais il y a des personnes qui ne se sont jamais rendues en Terre Sainte et qui ont vécu pleinement le message de l’Évangile. On peut tout de même affirmer que si on partage avec les frères de l’Islam la tradition du pèlerinage, (pensons par exemple au chemin de Saint Jacques de Compostelle) pour les chrétiens, il n’y a aucune obligation car on veut respecter les diverses sensibilités et les divers chemins de foi, de dévotion et de charité.

Archive journalLire plus